Les réponses du Maître d'Ouvrage sur le projet d'échangeur A641/RD817

L’opportunité d’autres aménagements sur A64, A63 ou le réseau secondaire

Sur ce thème, il est nécessaire de distinguer 2 catégories de projets : ceux qui sont aujourd’hui programmés et ceux qui ne le sont pas.

1. Les projets programmés :

Dans le département des Landes, la création de 2 nouvelles bretelles sur l’échangeur A641/RD817 à Peyrehorade est l’un des 3 projets programmés. Deux autres projets sont actuellement en cours d’étude et feront ou font actuellement, tout comme le projet de l’échangeur A641/RD817, l’objet d’une concertation publique :

  • la transformation de l’échangeur A641/RD19, plus d’infos ici ;
  • la création du demi-échangeur Carresse-Cassaber / Sorde-l’Abbaye sur l’A64, plus d’infos ici.


Dans le département des Pyrénées-Atlantiques, 2 projets sont également programmés :

  • le demi-échangeur La Virginie, sur le territoire de la commune d’Orthez ;
  • l’échangeur de Pau Berlanne.


Ces cinq projets, souhaités depuis longtemps par les collectivités territoriales et dont les mises en service vont s’échelonner entre 2024 et 2026 sont complémentaires. Ils poursuivent 3 objectifs essentiels :

  • renforcer l’accessibilité des territoires ;
  • sécuriser la traversée des centres-villes et zones d’habitations en orientant le trafic de transit et les poids lourds vers le réseau autoroutier ;
  • accompagner le développement économique.


Engagés en partenariat avec les collectivités territoriales, l’État et VINCI Autoroutes qui assure la maîtrise d’ouvrage des opérations, ils ont tous fait l’objet de la signature d’une convention définissant le cadre de leur mise en œuvre et de leur financement.

 

2. Les aménagements non programmés

Plusieurs personnes citent dans leur contribution des aménagements qui, selon leur vécu d’usager, seraient pertinents, voire prioritaires, pour améliorer la fluidité et renforcer la sécurité. Le réaménagement de l’échangeur Bayonne/Leroy Merlin sur l’A63, la création d’une nouvelle sortie Labenne, le prolongement de l’A641 au nord de Peyrehorade vers l’A63 à hauteur de Saint-Vincent-de-Tyrosse ou vers Dax sont plusieurs fois mentionnés.

Il est important de rappeler que la création de nouveaux aménagements est décidée par l’État parfois en réponse aux demandes formulées par les collectivités territoriales et après la réalisation d’une étude dite « d’opportunité et de faisabilité » permettant de valider la pertinence d’un projet. VINCI Autoroutes, en tant que concessionnaire de l’État intervient lorsque l’opportunité d’un projet est avérée et que l’État lui concède la maîtrise d’ouvrage.
Si la présente concertation concerne exclusivement le projet de création de 2 nouvelles bretelles sur l’échangeur A641/RD817, elle est aussi l’occasion de porter à la connaissance de l’État et des collectivités territoriales l’expression de nouveaux besoins formulés par le territoire, en particulier par les utilisateurs quotidiens des réseaux routiers et autoroutiers.

 


 

Le financement de l’opération

1. Le financement

Le financement de l’opération est assuré, dans le cadre du Plan d’Investissement Autoroutier (PIA), pour les deux tiers par le Département des Landes et pour le tiers restant par VINCI Autoroutes.

Le Plan d’investissement autoroutier d’un montant de 432 millions d’euros a été signé par VINCI Autoroutes avec l’État, le 26 janvier 2017. Ce Plan prévoit, pour le réseau VINCI Autoroutes, la réalisation de 25 opérations d’investissement dans les territoires, dont l’aménagement de 19 échangeurs, la création de 3 000 places supplémentaires de covoiturage. Répondant aux demandes exprimées par les collectivités territoriales, étroitement associées au processus d’élaboration des projets, ces investissements doivent contribuer au développement économique des collectivités locales concernées, et permettent d’améliorer les dessertes urbaines et périurbaines, tout en favorisant l'essor des mobilités partagées.

Ces projets seront cofinancés par les collectivités territoriales concernées et par VINCI Autoroutes. Chaque opération fait l’objet d’une convention entre les collectivités concernées et VINCI Autoroutes permettant de définir les conditions de mise en œuvre et de cofinancement.

Dans les départements des Landes et des Pyrénées-Atlantiques, 3 opérations ont été intégrées au PIA :

  • la création de deux nouvelles bretelles sur l’échangeur A641/RD817 à Peyrehorade, objet de la présente concertation ;
  • la création du demi-échangeur Carresse-Cassaber / Sorde-l’Abbaye sur l’A64, plus d’infos ici ;
  • le demi-échangeur La Virginie, sur le territoire de la commune d’Orthez ;


À ces opérations, s’ajoutent 2 autres projets d’échangeurs en cours d’études dans ces départements. Ils font l’objet de conventions de financement spécifiques en dehors du Plan d’Investissement Autoroutier :

  • la transformation de l’échangeur A641/RD19, plus d’infos ici ;
  • l’échangeur de Pau Berlanne.


Tous ces projets poursuivent 3 objectifs essentiels :

  • renforcer l’accessibilité des territoires ;
  • sécuriser la traversée des centres-villes et zones d’habitations en orientant le trafic de transit et les poids lourds vers le réseau autoroutier ;
  • accompagner le développement économique.


Télécharger le communiqué de presse Élisabeth BORNE, ministre chargée des Transports, auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire ici

 


 

Le péage

Comment sont calculés les tarifs de péage ? Existe-t-il des autoroutes "gratuites" ? L'État se prive-t-il des revenus du péage ?
Cliquer ici pour démêler le vrai du faux et trouver les réponses à vos principales interrogations autour du péage et de ses tarifs.

Concernant plus spécifiquement les remarques sur le coût du péage des autoroutes A65 et A63 (entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne)

Ces autoroutes ne sont pas gérées par VINCI Autoroutes, qui, dans ce secteur sud-ouest de la région Nouvelle Aquitaine, est concessionnaire de l’autoroute A64, de l’autoroute A63 entre Saint-Geours-de-Maremne et Biriatou (frontière espagnole) et de l’A641, appelée la BARO pour Bretelle Autoroutière de Raccordement Ouest.
L’autoroute A63 entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne est quant à elle concédée à ATLANDES et l’autoroute A65 (Langon/Pau) est concédée à ALIENOR.

 


 

La limitation des impacts sur l’environnement du projet (humain, agricole, naturel…)

Pour tout projet, les études comprennent un volet réglementaire qui consiste à mettre en œuvre la démarche « Éviter, Réduire, Compenser (ERC) ». Cette démarche établie par le Ministère de la Transition écologique et solidaire et renforcée par le Grenelle de l’environnement répond à une logique en 3 temps.
En priorité, le Maître d’ouvrage s’efforce d’éviter les impacts du projet sur l’environnement. Si cela n’est pas possible, il cherche à les réduire ou les limiter par des mesures dites de réduction. Enfin, si malgré ces efforts, des impacts résiduels sont constatés, il devra mettre en place des mesures de compensation de ces derniers.
Concrètement, dans le cas du projet de création de ces deux nouvelles bretelles, les conditions d’insertion du projet dans l’environnement seront précisées durant les études approfondies qui seront engagées après la concertation publique.

  • Les impacts sur l’activité agricole
    Les parcelles agricoles situées à proximité immédiate des bretelles sont destinées à l’élevage de volailles et à la culture de céréales. Une discussion est d’ores et déjà engagée avec l’exploitant concerné pour apprécier l’impact sur son activité et les mesures d’évitement ou de compensation à mettre en œuvre.
     
  • Les impacts sur le cadre de vie
    Plusieurs bâtis sont situés à proximité des futures bretelles : il s’agit principalement d’une exploitation agricole, de maisons d’habitation individuelles, d’un camping et de bâtiments commerciaux.
    Les études engagées après la concertation permettront d’examiner précisément les incidences du projet sur le cadre de vie, plus particulièrement sur les thématiques du bruit et de la qualité de l’air en tenant compte des niveaux de trafic attendus.
    Des dispositions seront prises en fonction de la réglementation en vigueur qui définit les mesures éventuelles de protection ou de limitation des impacts que le maître d’ouvrage se devra de mettre en œuvre.
     
  • Les impacts sur le milieu naturel

    • La ressource en eau :
      Afin de protéger la ressource en eau d’une éventuelle pollution accidentelle, le projet comprendra la construction d’un dispositif d’assainissement tel qu’un bassin, dédié à la collecte et au traitement des eaux de pluie tombées sur les chaussées avant leur rejet dans le milieu naturel.

    • La biodiversité :
      Les inventaires déjà menés par des spécialistes sur une année complète ont mis en évidence un site aux enjeux de biodiversité dits modérés. L’Agrion de Mercure, une espèce de libellule à enjeux de conservation, a été identifiée dans les fossés humides présents le long de l’A641. De même, des oiseaux présents dans les boisements et fourrés le long de l’A641 ont été inventoriés. Des mesures visant à assurer leur préservation seront étudiées (débroussaillage hors période de nidification, protection des habitats...).


 

Les travaux

Les travaux de création des deux nouvelles bretelles dureront environ un an et seront réalisés sans interrompre la circulation. VINCI Autoroutes mettra en place des mesures spécifiques pour que le chantier se déroule dans les meilleures conditions possibles.

  • La sécurité
    Tout sera mis en œuvre pour protéger les automobilistes qui passent à proximité des zones en travaux et les personnes qui travaillent sur le chantier : séparateurs de voies, panneaux de signalisation jaune temporaires, déviations, réduction de voies...

    Le chantier sera rendu inaccessible au public pour limiter les risques liés à l’intrusion volontaire ou involontaire sur les zones en travaux.
     
  • L’environnement
    Pour préserver la tranquillité des riverains, les travaux seront majoritairement réalisés en journée.
    Le chantier sera adapté aux enjeux de préservation de la biodiversité, avec par exemple :

    • le respect d’un calendrier des travaux adapté au cycle de reproduction et d’hibernation des espèces présentes sur le site ;

    • la mise en place de clôtures spécifiques pour séparer les espèces animales et végétales des zones de chantier ;

    • l’installation de dispositifs d’assainissement provisoires ;

    • la mise en œuvre d’un suivi environnemental du chantier réalisé par des spécialistes.

  • La prise en compte et l’information des automobilistes et des riverains
    L’organisation du chantier sera définie dans un objectif de limiter les incidences sur la circulation sur autoroute et sur les réseaux secondaires. Un dispositif d’information sera mis en œuvre pour faciliter l’organisation des déplacements : site Internet, communiqués de presse aux médias locaux, plaquette d’information, service Mon Bulletin Circulation…